ANTI-GARDEN

 

Cette herbe partout sans imagination, fine et verte. L’éternelle ronde des saisons autour de l’arbre cloué à son poteau. La campagne m’ennuie vite. Je déplore que les animaux n’y aient pas bâti leurs villes. C’eût été quelque chose pourtant, la ville du cerf, la ville du hibou, la ville de la belette. Quels monuments ! Quels théâtres ! Quels restaurants ! Quelles emplettes !

 

Éric Chevillard, in L'Autofictif, Dimanche 15 mars 2009 : N° 507

 

 

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Slááveček (vendredi, 28 septembre 2012 02:18)

    Nice one info, thanks