BERGERIE

"Chaque livre que j'écris, c'est un peu comme si c'était la première fois. Ce n'est pas devenu plus facile du tout. Lorsque j'étais jeune et que j'écrivais mes premiers poèmes, je n'étais pas conscient de m'inscrire dans le corps de cette langue maternelle qu'est pour moi l'anglais. Ce qui change peut-être, avec l'âge, c'est que je suis devenu plus conscient de cela - et, curieusement, cette conscience me rend plus enfant. Si on décide de ne pas utiliser les formules toutes faites, les clichés, alors chaque mot que l'on choisit est l'objet d'un enjeu important. Il s'agit de prendre en compte à la fois la relation qui existe entre ce mot et ce que je cherche à signifier, ce qui demande la précision la moins abstraite possible. Mais il faut se soucier également de la relation que ce mot entretient avec la langue et son histoire, de la façon dont il résonne dans le corps de la langue, dont il va entrer dans l'imagination du lecteur, avec quel poids ou quelle légèreté, avec quelle violence ou quelle tendresse."

 

John Berger, in Telerama du 08/02/09

Écrire commentaire

Commentaires : 1
  • #1

    Pepíno (mardi, 10 juillet 2012 06:45)

    nice post